Les probiotiques bio existent-ils ?

publié par Véronique Molénat, calendar_month

Les probiotiques certifiés « bio » débarquent sur le marché des compléments alimentaires. À première vue, cela paraît être une bonne nouvelle. Enfin… si on ne se pose pas trop de questions !

Car si les emballages de ces produits comportent bien le logo vert (AB ou feuille), les listes d’ingrédients indiquent que les ingrédients les plus fondamentaux – les souches – ne sont généralement PAS « bio ».

Alors, les probiotiques bio existent-ils vraiment ? Décryptage.

Comment sont fabriqués les probiotiques ?

Les probiotiques sont des bactéries ou des levures vivantes qui, lorsqu’elles sont ingérées en quantité suffisante, sont susceptibles d’agir sur la flore intestinale (le fameux microbiote) et d’exercer des effets bénéfiques sur la santé.

Pour produire des probiotiques destinés aux compléments alimentaires, on utilise des fermenteurs industriels : une souche probiotique sélectionnée, un milieu de culture apportant ses aliments préférés (perméat de lait, extrait de viande, substrat végétal…). Puis, on chauffe doucement, et les microorganismes se multiplient activement ! Ceux-ci sont ensuite filtrés, lyophilisés puis conditionnés.

Ce mode de production, par fermentation, n’est pas considéré comme relevant de l'agriculture biologique en France et en Europe. En effet, seuls les ingrédients issus de l’agriculture peuvent être considérés comme bio. Même si les bactéries étaient cultivées sur des substrats naturels et bio, le processus de fabrication à base de fermentation industrielle est rédhibitoire pour obtenir le précieux label.

Par contre, ces microorganismes sont présents sous forme naturelle dans des produits issus de l’agriculture biologique, telles que les boissons fermentées, comme le kéfir, la bière, le vin, et dans certains aliments comme la choucroute crue ou le fromage. Ces aliments peuvent donc être labellisés bio. C’est aussi le cas de la levure de bière bio Dynveo, car elle est végétale et naturelle. Mais c'est guère la seule souche issue de l'agriculture biologique autorisée en Europe.

Alors comment se fait-il que l’on trouve des probiotiques bio en France et en Europe ?

La réponse est simple : les marques utilisent une “astuce” permise par le cahier des charges des labels bio

Pour qu’un fabricant puisse apposer le logo AB ou la feuille verte européenne sur l’emballage, il doit y avoir au moins 95 % de végétaux (ou produits d’origine agricole) qui soient bio. Mais ce que l’on sait moins, c’est que ce label n’impose que 50 % d’ingrédients bio dans la totalité de la formule.

De ce fait, il est très facile de faire un probiotique bio : il suffit d’ajouter au moins 50 % d’ingrédients végétaux de 95 à 100 % bio aux bactéries non bio et le tour est joué ! C’est pourquoi vous trouvez par exemple dans ces produits de la matodextrine bio ou de la fibre d'acacia bio.

Ainsi, il peut y avoir des produits bio contenant des probiotiques en utilisant cette astuce, mais en aucun cas les souches probiotiques sont bio.

Et en dehors de l'Europe ?

Aux États-Unis, il est aujourd’hui possible de trouver des bactéries probiotiques bio entrant dans la composition de compléments alimentaires bio (« USDA Certified Organic Probiotic »). En effet, leur cahier des charges accepte les bactéries produites par fermentation industrielle sur des milieux de culture constitués uniquement d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Bien sûr, d’autres critères classiques sont nécessaires pour qu’un produit fini puisse être certifié bio :

  • Nombre restreint d’additifs (pas de stéarate de magnésium ou de dioxyde de titane par exemple)
  • Capsule composée d’hypromellose (voir encadré)
  • Arômes uniquement « naturels »,
  • Pas de colorant, pas d’irradiation et pas d’OGM.

L’hypromellose, qu’est-ce que c’est ?

De son petit nom HPMC, l’hypromellose est fabriquée à partir de la cellulose (les fibres des végétaux). Pour les compléments alimentaires bio, l’hypromellose est recommandée comme agent d’enrobage pour confectionner les gélules végétales. Les capsules DRcapsTM, souvent retrouvées dans les probiotiques, sont constituées d’une hypromellose particulière, capable de se dissoudre plus lentement que l’enveloppe des gélules classiques (45 min au lieu de 5 min). Ceci permet de protéger les microorganismes des attaques acides de l’estomac. On parle de gastro résistance.

Que trouve-t-on dans les probiotiques bio ?

Dans ces probiotiques bio, “non bio”, on y trouve généralement plusieurs souches bactériennes associées à d’autres ingrédients qui varient d’une marque à l’autre :

  • Des fibres spécifiques (acacia, inuline, agave...) qui peuvent servir de nourriture aux bactéries du microbiote ;
  • Des excipients plus ou moins naturels issus de l’agriculture biologique comme la maltodextrine ou l’amidon de maïs, les poudres (de blé, de soja…), la pulpe ou le jus de fruits, le sucre… ;
  • Des additifs, mais seulement ceux autorisés en bio, comme l’alginate de sodium ou le carbonate de calcium.

Les probiotiques non bio contiennent-ils plus de pesticides ?

On pourrait penser que les probiotiques bio contiennent moins de pesticides que les autres. Mais comme nous l’avons vu, ces micro-organismes ne sont pas bio.
Quoi qu'il en soit, les souches sont cultivées dans des fermenteurs (cuves de fermentation), sans contact avec l'extérieur, et donc sans besoin de pesticides ou d'herbicides.

Comment lire une étiquette ?

Les probiotiques bio mis sur le marché par des marques françaises et/ou européennes contiennent des ingrédients bio ajoutés à des souches probiotiques non bio. On y trouve de la fibre d’acacia, des poudres de fruits ou de céréales, ou encore de la maltodextrine. Pour savoir précisément ce que vous achetez, lisez bien les étiquettes !

(1) Liste d’ingrédients 
Au moins la moitié – en poids – des ingrédients (ceux qui ont une étoile ou un chiffre en exposant) ne sont pas des probiotiques, mais des ingrédients issus de l’agriculture biologique. Leur présence permettra au fabricant d’apposer un logo AB ou la feuille verte.

(2) « Ingrédients 100 % d’origine naturelle »
Attention, ces ingrédients sont, certes, d’origine naturelle, mais ils peuvent avoir subi des transformations (comme la maltodextrine qui provient de l’hydrolyse de l’amidon extrait du blé ou du maïs).

(3)« 100 % des ingrédients agricoles sont issus de l’AB »
Attention, ici, ce ne sont pas 100 % des ingrédients du produit qui sont bio, mais 100 % de ceux qui sont d’origine végétale (donc pas les bactéries).

(4) Tableau de composition

  • Le poids total de ces bactéries (qui n’est pas indiqué puisqu’on exprime les quantités en UFC, Unité Formant Colonie) n’excède pas celui des autres ingrédients (gomme d’acacia, maltodextrine).
  • Si on additionnait rapidement, on pourrait croire qu’il y a 28 UFC de bactéries. Ce n’est pas le cas. 14 milliards, c’est le nombre TOTAL de bactéries, et les lignes situées sous ce chiffre indiquent à quelles souches ces 14 milliards de bactéries appartiennent. Il est par ailleurs spécifié que seulement 50% des UFC sont garantis à la date de péremption du produit.
  • À côté du nom de l'espèce, l'identification de la SOUCHE (numero/lettres), n’est pas précisée. Or, ce sont les souches, et non les espèces, qui sont validées scientifiquement.

(5) Logos AB et Feuille
Ces logos prouvent que le produit a été certifié par les organismes compétents français et européen, et que les ingrédients végétaux qu’il contient sont à 100 % issus de l’agriculture biologique (tolérance jusqu’à 95 %).

Etiquette probiotique bio

En conclusion, quand vous achetez des probiotiques bio, lisez bien l’étiquette, car dans la plupart des cas (sauf quelques rares exceptions aux États-Unis) ce ne sont pas les probiotiques qui sont bio, mais les autres ingrédients ajoutés dans la formule. Par ailleurs, assurez-vous d’avoir des garanties sur le nombre d’UFC lors de la consommation. En effet, pour être efficace, il est nécessaire que les bactéries soient vivantes.

SOURCES

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32018R0848
https://www.rni-consulting.com/nouvelle-reglementation-europeenne-produits-biologiques/
https://www.agencebio.org/wp-content/uploads/2018/12/synthese_reglementation2018.pdf

share Partager

Articles qui pourraient vous intéresser

Comment choisir un complément alimentaire de qualité ?

Comment choisir un complément alimentaire de qualité ?

Quels sont les 9 principaux critères à avoir à l'esprit lorsque l'on choisit un complément alimentaire ? Comment s'assurer de sa qualité ? Tous nos conseils pour faire le bon...

publié par Karen Abécassis, calendar_month

Les effets du soleil sur nos microbiotes

Les effets du soleil sur nos microbiotes

Quel est le rôle du microbiote cutané pour notre santé ? Quels sont les liens avec notre microbiote intestinal ? Et comment le soleil influence-t-il leur état ? 

publié par Véronique Molénat, calendar_month